Logo Université Laval Logo Université Laval

Faculté d'aménagement,
d'architecture,
d'art et de design

École
de design

Impact Campus | Le design graphique au service d’une revitalisation urbaine

 

Article paru dans Impact Campus le 27 mars 2018 par Alice Beaubien


Au début de la session, les étudiants au baccalauréat en design graphique (BDG) ont été invités à participer au projet de recherche «Repère. Idéateurs de quartiers» qui vise la vivification du quartier Saint-Jean-Baptiste. Huit étudiant(e)s de premier cycle ont répondu à l’appel et ont entamé une vaste collecte de données sur la population de ce microcosme de la haute-ville. Quels sont les enjeux et les motivations du projet pour cette spécialité en design?

La directrice générale de la Société du Commerce du Faubourg (SDC Faubourg), Catherine Laberge, explique d’entrée de jeu qu’en plus d’enjeux économiques, l’organisation vient de refaire son identité de marque et veut se différencier de ses concurrents. Elle précise alors qu’« en intégrant des étudiants en design graphique, cela apporte quelque chose de nouveau qui se distingue des projets estudiantins d’aménagement du territoire qu’on a déjà vu ».

Une prolongation de la spécialité UX

Le design utilisateur ou UX (User Experience) est un des atouts du programme du BDG et c’est notamment ce qui a plu à la majorité des étudiants de troisième année présents dans ce projet. Le UX est un concept de Donald Norman qui s’intéresse aux interactions émotionnelles entre l’humain et la machine. On vise à répondre à différentes problématiques sociales, urbaines, culturelles, etc. à travers des collectes de données sur les utilisateurs. L’application du RTC Nomade, Pokémon Go, les applications de rencontres ou des interfaces web comme Mon Portail sont développées dans cette approche.

Les étudiants sont à l’étape d’analyse de données. En ce sens, ils ont établi un fil photographique de la rue Saint-Jean, ils ont posé des questions aux alentours, ils ont organisé une rencontre dans leur local avec les habitants. Ces derniers ont collaboré en exprimant leurs perceptions, leurs envies, leurs préoccupations, etc..

Ils ont cerné quatre publics cibles : le commerçant, le fonctionnaire, le touriste et le citoyen. Avec les informations recueillies, ils vont davantage comprendre ces personnes types et les humaniser à travers ce qu’on appelle des personas (avec un nom, un âge, etc.) afin d’améliorer les prises de décisions lors du développement de propositions de design. Par exemple, Robert, 48 ans, qui aime se coucher tôt ne va pas être aussi sorteux que Justine, 19 ans, qui va souvent au Drague.

Repere, Idéateurs de quartier

Le Faubourg peu attrayant, pour les jeunes?

À cette question la responsable de la SDC répond : « je ne pense pas que le quartier est moins populaire , je pense qu’il se vend moins bien parce qu’il y a une grosse proportion de commerces qui sont établis depuis longtemps versus des nouveaux commerces qui viennent d’ouvrir. On a un contingentement qui est très serré, on travaille là-dessus, mais en même temps on a plus de touristes que la basse-ville parce qu’on est aux portes du Vieux-Québec.»  Plus tard, elle ajoute «qu’on a un super beau quartier et qu’on a rien à envier à personne, il y en a plein des beaux petits restos, puis des places cools (la Buvette Scott ou le Projet). Ils sont un petit peu cachés et ceux qui y vont, sentent l’expérience de l’underground».

Cet aspect «peu connu» est un des éléments notables des premières analyses de collecte de données selon Wendy Parisé, étudiante impliquée dans le projet : «Quand on posait des questions aux touristes, ils pensaient que la rue s’arrêtait à l’avenue Honoré Mercier et ne savaient pas que ça continuait !». On imagine que le nouveau tracé du Réseau structurant va également influer sur leurs prises de décisions futures.

Lire l’article complet : Le design graphique au service d’une revitalisation urbaine